La FFMBE/Sa mission pour la reconnaissance du Massage Bien-Être/Pétition Nationale

4 Place Louis Armand
Tour de l’Horloge
75603 PARIS CEDEX 12

NOTRE MISSION

Réunir au sein d’une fédération professionnelle des praticiens et des centres de formation agréés pour soutenir la dynamique des massages-bien-être en France et œuvrer pour une juste reconnaissance de ce métier.

Depuis 2004, la FFMBE cherche à constituer un pôle professionnel incontournable et à se positionner comme interlocuteur privilégié auprès des pouvoirs publics, des institutions et des médias. La FFMBE se donne les moyens d’être un garant légitime de la qualité de la formation, de la compétence, du sérieux de ses membres et s’attache à offrir au public une information claire et rassurante.

Nous sommes reconnaissants envers Yves MICHEL d’avoir co-initié cette action avec la FFMBE dès 2009. Nous lui exprimons ici nos remerciements pour sa participation active à ce site lors de sa création.

Merci de cliquer sur ce lien pour signer la pétition:

http://www.agir-massages-bien-etre.org/?page_id=42

LEGISLATION SUR LE MASSAGE (2ème partie)

Ces quelques informations sur la législation sur le massage en France vous permettront de vous donner le « contexte » très particulier dans lequel se pratique le massage en France.  (2ème partie/3) 

(reprendre à la 1ère partie)

Quelques jurisprudences :
Le massage de bien être et la loi en France (ressources légales)
• La différence entre massage thérapeutique et non thérapeutique est confortée par un arrêt de la Cour de Cassation (3 juin 1980), confirmant l’arrêt de la Cour d’appel de Metz (13 juin 1979) : (Bull. crim. 1980, n° 171, p.433) « (…) Attendu que pour relaxer X des fins de la poursuite et débouter la partie civile de sa demande, la Cour d’appel relève qu’un simple effleurage portant, comme en l’espèce, seulement sur la peau du visage, ne saurait être considérée comme une technique de massage (…) » La cour de cassation ajoutant : « Attendu qu’en l’état de ces énonciations, exemptes d’insuffisance et de contradiction, souverainement déduites de l’appréciation des éléments de preuve soumis aux débats contradictoires et d’où il résulte que la prévenue s’est bornée à effectuer sur le visage des actes qui, par leur caractère superficiel et leur objet purement esthétique, ne sauraient être assimilés aux massages, dont la pratique est réservée aux seuls titulaires du diplôme de masseur-kinésithérapeute, tel qu’il est prévu par l’article L 488 du Code de la santé publique, la Cour d’appel a justifié sa décision (…) »
Le tribunal de Grande instance de Brive-la Gaillarde, en date du 21 décembre 1989, juge que « n’est pas coupable d’exercice illégal de la profession de masseur-kinésithérapeute, la prévenue qui, non titulaire du diplôme de masseur-kinésithérapeute, effectue simplement des massages à ses clients et ne leur fait pas des mouvements de gymnastique médicales ».
Le tribunal de Grande instance de Bordeaux, dans un jugement du 23 mars 1988 (n°896189), a procédé à la relaxe et a rejeté la constitution de partie civile du syndicat des masseurs-kinésithérapeutes. La cour d’appel de Bordeaux, le 04 octobre 1989 (3e chambre correctionnelle, n° 1075) est venu confirmer, de la sorte :« Dès lors qu’il ressort des termes de l’enquête que le prévenu, professeur d’éducation physique, n’effectuait ni massage ni gymnastique à but thérapeutique, il doit être relaxé (…) la preuve n’étant pas rapportée d’un empiétement sur le domaine des masseurs-kinésithérapeutes. »
• Un « attendu » du tribunal de Grande Instance de Niort, du 7 juillet 2005 Jean-Marc PERRIER contre le syndicat des MKDE du 79 (voir le compte-rendu complet) : « (…) Attendu qu’au vu des prescriptions légales et réglementaires (…) il n’est pas déraisonnable de soutenir que les masseurs-kinésithérapeutes se voient réserver le massage thérapeutique ou non thérapeutique destiné à prévenir l’altération des capacités fonctionnelles, à concourir à leur maintien et/ou à les rétablir lorsqu’elles sont altérées, mais qu’à l’inverse, il n’est pas interdit à d’autres praticiens de se livrer à des massages ne poursuivant pas ce but (…), en particulier de ceux dont la vocation n’est pas d’agir sur les capacités fonctionnelles des clients, mais de leur apporter u mieux-être physique ou esthétique (…) »
 Le Toucher Massage et le Droit par Isabelle Robard
Je travaille dans le domaine des libertés thérapeutiques depuis maintenant quinze ans. Je fais de la recherche au niveau français et au niveau européen pour faire avancer les lois, non seulement dans le domaine du massage, mais dans d’autres domaines de la santé qui me tiennent à cœur, notamment le dossier sur les ostéopathes. J’ai revêtu la casquette d’avocat après un cursus universitaire qui m’amène à être également chargée de cours en faculté de droit et de médecine, où j’enseigne le droit de la santé et le droit pharmaceutique. Lorsque j’ai rencontré Joël Savatofski en 1999, c’est vrai, je n’en croyais pas trop mes oreilles. A partir de ce moment-là, j’ai subodoré qu’il y aurait de plus en plus de problèmes dans l’art du toucher. Mais je ne savais pas que cela prendrait une telle importance, et que cela revêtirait des aspects juridiques aussi passionnants.
Que ce soit à titre préventif ou à titre curatif, le massage est un art qui appartient au patrimoine de l’humanité. Il relève d’ailleurs de façon plus sensible et évidente des sociétés orientales, par exemple en Inde avec le massage ayurvédique, en Chine avec le Tuina massage, ou encore au Japon avec le do-in. Aujourd’hui dans nos sociétés occidentales, à une époque où beaucoup de problèmes sociaux-économiques de valeur et de positionnement de l’individu dans la société se posent, nous semblons découvrir que l’on a une peau, que l’on peut se toucher, que cela peut peut-être servir à se soigner, à communiquer, à se destresser, à se désangoisser, à être mieux dans sa peau. Ainsi, le problème est beaucoup plus important qu’il n’en donne à priori l’impression. Cet art du toucher est un problème très subtil qui amène à repositionner l’Homme dans sa dimension par rapport aux autres, mais aussi par rapport au monde, tout simplement. Mais ce n’est pas sans grincements de dents que les pays occidentaux, et notamment la France, redécouvrent cet art du massage.
En France, il y aurait paraît-il un monopole du massage et de l’art du toucher… Je vais aborder ce sujet en trois temps: d’abord la dimension du massage au niveau des textes européens et internationaux. Ensuite la problématique de la loi sur les droits des malades. Enfin, je ferai le point sur ce que disent les textes et sur l’évolution de la jurisprudence.
Les textes internationaux
Le massage est une technique de détente et de bien-être, qui doit être replacée dans un contexte plus vaste, qui a trait davantage au développement d’un retour à la nature, d’une médecine plus naturelle, moins iatrogène (médecine iatrogène que Ivan Illitch avait d’ailleurs dénoncée en 1975 dans son ouvrage « Nemesis médicale »). On s’aperçoit aujourd’hui que la clé des problèmes de santé, la clé des maladies ne réside pas forcément dans des interventions forcément lourdes. On parle même de toutes les conséquences qu’il peut y avoir dans le domaine chirurgical, de l’utilisation intempestive des antibiotiques, etc. Ce phénomène est lié à une montée du phénomène des médecines non conventionnelles: c’est le terme officiel qui est utilisé depuis 1997 par le Parlement Européen et par d’autres institutions européennes et internationales.
Parallèlement à cela, il y a une montée en puissance des droits des patients. D’ailleurs, ce terme de « patients » ne me plaît pas. Parce que « patient » veut dire qu’on est un peu inerte par rapport à l’accompagnateur de santé qui reste le soignant, alors que nous sommes d’abord des citoyens avant d’être des gens malades ou bien portants, et que nous aspirons tous à une relation d’égalité et d’intervention active dans le domaine de la santé ou de la maladie. Ce phénomène s’est enregistré tout au long des années 1960 jusqu’à aujourd’hui, avec des textes qui sont intervenus aux niveaux européens ou internationaux et qui réaffirment les droits des patients. Quant à moi, je dirais plutôt « droits des usagers », « droits de la personne ».
L’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) n’a pas réduit la santé à l’absence de maladie puisqu’elle la définit comme « un état de complet bien-être physique, mental et social ». Et elle précise qu’elle ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. Nous sommes ici en plein cœur du sujet : donc, ce n’est pas seulement l’absence de maladie, c’est aussi le bien-être, c’est aussi être mieux dans sa peau. Il n’est pas étonnant que l’O.M.S., dont la célèbre déclaration affirmait le « droit à la santé pour tous » en l’an 2000, ait cette définition-là de la santé, parce que très tôt, elle s’est inscrite dans un mouvement de développement des soins de santé primaires, en développant la prévention primaire, et non le dépistage. La prévention primaire a pour vocation d’empêcher l’apparition d’une maladie, tandis qu’en matière de dépistage on est déjà dans une prévention secondaire: quand on dépiste une tumeur au sein, même si on la dépiste à son tout début, on n’est plus dans une prévention primaire, on est déjà dans une prévention secondaire.
L’O.M.S. a référencé un certain nombre de pratiques dites « non conventionnelles de santé » dont par exemple le shiatsu. Ce qui est intéressant de voir aussi, c’est que l’être humain ne se coupe pas, ne se sépare pas de son environnement, et le sommet de Rio en 1992 l’avait bien perçu, puisque voilà les principes qui avaient été retenus : « La santé dépend en dernière analyse de la capacité de gérer de façon satisfaisante l’interaction entre le cadre de vie et l’environnement spirituel, biologique, économique et social », ajoutant qu’il est nécessaire « d’intégrer les connaissances et expériences traditionnelles dans les systèmes sanitaires nationaux, selon que de besoin « .Cet appel à l’intégration dans les systèmes de santé nationaux se retrouve dans un rapport sur la politique de santé 2002-2005, où l’O.M.S. réclame, et c’est nouveau, l’intégration dans les systèmes de santé, y compris des pays développés, d’une approche naturelle de la santé, des soins dits ancestraux. Cela peut être la phytothérapie, l’acupuncture, mais aussi les techniques de toucher. Cette demande que les approches ancestrales de santé soient intégrées dans les pays dits riches est plutôt révolutionnaire. Car on dit souvent que les médecines « dites traditionnelles » (c’est le terme de l’O.M.S.) ne concernent que les pays en voie de développement, qui n’ont pas d’argent pour se soigner de façon moderne. C’est oublier qu’aujourd’hui les pays occidentaux sont face à la démonstration de leur faillite, et qu’il se pourrait fort bien – et on y est déjà – que ce soit l’Orient qui montre l’exemple à l’Occident. Il va y avoir au fur et à mesure une inversion des systèmes, il va y avoir beaucoup de leçons à tirer dans ce domaine-là. Un autre système de valeurs est à reconstruire, où l’Homme reprend le pas sur les intérêts à court terme, économiques et de rentabilité.
Enfin, pour en finir avec l’aspect européen, il faut noter la déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, adoptée en 1994, et qui indique que « chacun a le droit de recevoir les soins correspondant à ses besoins y compris les mesures préventives et les activités de promotion de la santé ». On ne parle pas de maladie, on ne parle pas de traitement, on parle de promotion de la santé: en fait, c’est là que l’art du toucher prend toute sa place.

(lire la 3ème partie)  

LEGISLATION SUR LE MASSAGE (3ème partie)

Ces quelques informations sur la législation sur le massage en France vous permettront de vous donner le « contexte » très particulier dans lequel se pratique le massage en France. (3ème partie/3)

(voir la 1ère partie)
(voir la 2ème partie)
La loi sur les droits des malades et ses conséquences
La loi du 4 mars 2002 sur les droits des malades a été une vraie révolution dans le cadre juridique français. C’est une loi qui, pour la première fois, parle du « droit de la personne ». Elle ne parle pas de patient, elle parle du droit de la personne et dans un chapitre préliminaire, elle indique que « le droit fondamental à la protection de la santé doit être mis en oeuvre par tout moyen disponible au bénéfice de toute personne ». Cette loi n’a pas dit que la protection de la santé doit être mise au bénéfice de tout malade ou de tout patient, parce que la plupart du temps c’est systématiquement le terme de « patient » qui est utilisé dans les lois sanitaires. En effet, dans l’esprit du législateur français jusqu’à cette loi de 2002, lorsque l’on recourt au système de santé à quelque niveau que ce soit, on l’envisage toujours sous l’angle thérapeutique. Donc de ce point de vue là, c’est déjà une avancée importante.
Lorsque l’on lit cette loi de 2002, on y voit également un chapitre qui concerne la démocratie sanitaire. Démocratie sanitaire, c’est l’expression que j’utilisais il y a plus de dix ans. On me regardait alors avec un œil interrogatif. De le voir aujourd’hui inscrit dans un texte veut dire que quelque part les choses ont quand même avancé. Il y a également un chapitre sur la prévention, qui indique que la prévention primaire est un véritable enjeu de santé publique. Cela aussi c’est nouveau, car jusqu’ici, quand on parlait de prévention, c’était surtout lié à l’alcool et au tabac. Ce qui est très bien d’ailleurs, il y a beaucoup à faire dans ces domaines, ou dans d’autres comme les accidents de la circulation. Mais c’est largement insuffisant, et la loi sur les droits des malades l’a compris. Elle a voulu aller plus loin en insistant sur la notion de prévention primaire, c’est-à-dire celle qui a vocation d’empêcher l’apparition de la maladie, liée aux conditions de vie. Par quels moyens, pourquoi ?: « en vue de réduire les risques éventuels pour la santé liés aux multiples facteurs susceptibles de l’altérer, c‘est à dire l’environnement, le travail, les transports, l’alimentation etc… »
L’art du toucher ne fait que rentrer dans ce cadre-là, un cadre d’ailleurs dont ses promoteurs étaient des précurseurs. Aujourd’hui, on a l’air de les découvrir, alors qu’en fait ils étaient là depuis plus de vingt ans. Aujourd’hui il va falloir les écouter et les entendre, parce que parler de prévention c’est bien, mais si ce concept reste une coquille vide dans laquelle on ne met rien, cela ne servira pas à améliorer l’état de bien-être de nos concitoyens.
L’évolution positive de la jurisprudence
Qu’en est-il de l’exercice illégal de la masso-kinésithérapie? Certains en France -parce que tous ne pensent pas de la même façon, il faut bien se garder de faire des amalgames- pensent que la profession de masseur-kinésithérapeute détient le monopole du massage, voire même du toucher.

Lire la suite

Jurisprudence : Procès Jean-Marc PERRIER contre syndicat des MKDE 79

« Que ce soit à titre préventif ou à titre curatif, le massage est un art qui appartient au patrimoine de l’humanité. Il relève d’ailleurs de façon plus sensible et évidente des sociétés orientales, par exemple en Inde avec le massage ayurvédique, en Chine avec le Tuina massage, ou encore au Japon avec le do-in. Aujourd’hui dans nos sociétés occidentales, à une époque où beaucoup de problèmes sociaux-économiques de valeur et de positionnement de l’individu dans la société se posent, nous semblons découvrir que l’on a une peau, que l’on peut se toucher, que cela peut peut-être servir à se soigner, à communiquer, à se destresser, à se désangoisser, à être mieux dans sa peau. Ainsi, le problème est beaucoup plus important qu’il n’en donne à priori l’impression. Cet art du toucher est un problème très subtil qui amène à repositionner l’Homme dans sa dimension par rapport aux autres, mais aussi par rapport au monde, tout simplement. Mais ce n’est pas sans grincements de dents que les pays occidentaux, et notamment la France, redécouvrent cet art du massage. » Isabelle Robard

(voir l’article complet)

Un procès gagné à Niort fait maintenant jurisprudence pour les praticiens en massage Bien-Être qui pourraient à leur tour être poursuivi devant les tribunaux de leurs départements.

Voir les attendus de ce procès dans le lien ci-dessous

ATTENDUS_PROCES_KINES

LEGISLATION SUR LE MASSAGE – Le « Toucher massage » et le droit par Isabelle Robard -1ère partie

Ces quelques informations sur la législation sur le massage en France vous permettront de vous donner le « contexte » très particulier dans lequel se pratique le massage en France. 

TEXTES DE LOIS SUR LE MASSAGE
Décret n° 2000-577 du 27 juin 2000, relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute
Le premier ministre, sur le rapport du ministre du travail et des Affaires sociales :
Vu le code de la santé publique, notamment les articles L. 4161-1, L. 4321-1, L. 4321-2, et L.4381-2;
Vu le décret n° 96-879 du 08 octobre 1996 relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute;
Vu l’avis de l’Académie nationale de médecine, Le Conseil d’Etat (section sociale) entendu,
Décrète :
Art. 1. – La masso-kinésithérapie consiste en des actes réalisés de façon manuelle ou instrumentale, notamment à des fins de rééducation, qui ont pour but de prévenir l’altération des capacités fonctionnelles, de concourir à leur maintien et, lorsqu’elles sont altérées, de les rétablir ou d’y suppléer. Ils sont adaptés à l’évolution des sciences et des techniques.
Art. 2. – Dans l’exercice de son activité, le masseur-kinésithérapeute tient compte des caractéristiques psychologiques, sociales, économiques et culturelles de la personnalité de chaque patient, à tous les âges de la vie. Le masseur-kinésithérapeute communique au médecin toute information en sa possession susceptible de lui être utile pour l’établissement du diagnostic médical ou l’adaptation du traitement en fonction de l’état de la personne et de son évolution. Dans le cadre de la prescription médicale, il établit un bilan qui comprend le diagnostic kinésithérapique et les objectifs de soins, ainsi que le choix des actes et techniques qui lui paraissent le plus approprié. Ce bilan est adressé au médecin prescripteur et, à l’issue de la dernière séance, complété par une fiche retraçant l’évolution du traitement kinésithérapique, adressée également au médecin prescripteur.
Art. 3. – On entend par massage toute manoeuvre externe réalisée sur les tissus, dans un but thérapeutique ou non, de façon manuelle ou par l’intermédiaire d’appareils autres que les appareils d’électrothérapie, avec ou sans l’aide de produits, qui comporte une mobilisation ou une stimulation méthodique, mécanique ou réflexe de ces tissus.

Lire la suite